La semaine REMEC qui vire au drame

WEEKEND COHEZ.jpg
le CPL Blaujaube qui dit  » passer un super moment » lors de la sortie REMEC

Après une mission Sentinelle à faire connaissance avec la richesse de notre merveilleuse nation pluri-séculaire et multi-diversifiée dans la banlieue Panaméenne qui sent le crack et le chanvre.

Les Marmottes de la 7e compagnie de bagarre du 9e Bataillon de chasse poudreuse rentrent enfin dans leur belle ville de montagne sans 3g.

Le 1cl Bitoswky, le 1cl Tétéha et le caporal BLAUJOBE discutent entre eux des sorties montagnes à venir afin de se remettre dedans.

Ces ardents tigeurs de combat aimeraient bosser le dénivelé autrement qu’en faisant les escaliers de la compagnie. 

Ils rêvent de sorties ski en station avec la section pour faire rager leurs potes para du 3e Régiment de Paradeurs Insupportables de Marine sur insta.

Ça leur aide à oublier que l’armée de montagne était leur deuxième choix au Cirfa. 

Le caporal Blaujobe les rassure:

« vous inquiétez pas, le lieut c’est un bon chef, il est fort en tactique et il me note bien, il va proposer un truc progressif et sympa au capitaine on va tous pouvoir s’y remettre intelligemment ».

C’était sans compter sur l’imagination du Capitaine De Souillard pour faire des trucs de l’espace ( bien que dans l’armée de montagne) et son sens de l’organisation inversement proportionnelle à son imagination débordante. 

En effet, curieusement, la progressivité il s’en battait clairement les couilles et le biscuit  pour lui c’était son article et les photos mythos péchues sur la page facebook du bataillon et un rencard avec l’OffCom la Lieutenant baux-Balcon (en esperant gratter plus que la rédaction d’un article)

La compagnie devait passer la semaine à faire du ski de descente/parapente mais par un curieux hasard qui surprendra plus d’un vieux chouffe du 9e Bataillons de chasse poudreuse de l’époque de Bourg Saint GlinGlin, il n’y avait que 20 forfaits pour 70 personnels.

L’erreur ne pouvant en aucun cas émaner d’un défaut d’anticipation, les officiers  en charge débâtirent longuement pour savoir si c’était la faute du cma ou si ce n’était pas plutôt le BOI, ils se mirent finalement d’accord pour dire que si les evat n’étaient pas tous des cassos on n’en serait pas là. 

Ainsi donc la compagnie fit autant de dénivelé positif en une semaine que les coureurs du tour de France en 20 jours,  mais sans EPO et sans cocaine ( contrairement aux maillots jaunes) à la grande satisfaction du CDU qui dit un soir à son adjoint:

« on a vraiment la meilleure compagnie du bataillon, on devait faire une semaine détente, finalement on se met tarif comme des mongols et personne ne râle, j’ai interrogé le caporal Blaujobe pour avoir un point de vue objectif, il m’a dit que tout était parfait et qu’ainsi il progressait vraiment ».

Pendant ce temps le 1cl Tétéha et le 1cl Bitowsky se demandaient, en cherchant les lardons à la petzl dans leur tartiflette suintant la graisse, si Sentinelle c’était pas mieux que la montagne. 

Pourtant, le lieutenant Senkarism avait vaillamment défendu l’intérêt de ses hommes d’un solide et non pas moins ferme:  « reçu mon capitaine! ».

Encore une sortie cohesion et de reprise dans la bonne humeur raté a cause du mauvais esprit des EVAT nous en déduirons.

Investigation et ecriture : SGT Adélamontagne

Mise en page : MIKE ECHO

Remerciements : La montagne et St SUBITEX


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s